Suite et fin.

Publié le par Manu Manu

C'est l'hiver nucléaire, les oiseaux chantent encore

Je fume toujours ; eux ont le cancer, moi le temps.

    (ils ont le ciel et partout des nuages. Pour tous...

    Je me rappelle encore les nuées limpides,

    les feuilles irisées, les soleils qui brûlent

    au coeur de la rosée. Cela se pourrait-il ?

    Avant les arbres noirs, cendres et boues, le ciel

    hanté les chairs fondues soufflées : avant ? Où ? Quand ?

    L'ai-je déjà touchée ? N'est ce qu'un souvenir ?

    Ma mémoire perdue aux détours d'un charnier, 

    là où la caresse des corps est d'abord celle

    du nez, de l'odeur puis l'étreinte de la mort.) 

Humus, feuilles pourries, étions-nous à l'Automne ?

"Rendez-vous manqué en haut du Genbaku Dome..."

Publié dans Boomerang

Commenter cet article