Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Je règle mon pas...

De vous à moi, m'animer de vie, Chose pas commode, peu établie Ne va pas sans s'emballer. L'ironie, fait que de mes chairs Jaillit la lumière, et qu'elle est noire. Triste mine que vous baissez Sur des pieds qui n'ont pas fini de fuir. Car ma voix transperce...

Lire la suite

Jour craintif.

" Et puis, va mourir ! " gueulait l'apôtre. Il y allait, gisant, rampant, suant et pestant, contre Ciel et Terre, ne sachant plus que faire. Cette Couronne d' épines pesait des tonnes Et il en avait marre. Sentant venir le coup, il tendait déjà la joue...

Lire la suite

Vers la mer.

La radio hurlait dans mon crâne Le vent qui soulevait la trame La rendait insupportable. A mes yeux. Je tremblais, ne sachant que faire De ces doigts qui encombraient mes mains. -Il tourne la tête et se voit sur le bas-côté- -Il freine car c'est son corps...

Lire la suite

Peau, cible.

J'étais sordide quand je sorti, Et le sort tire, à bout portant. Comme une tymbale débile Je dévallais, à la main ma cébille Décidé et détenteur en goguette Je déployais ma hargne à sertir Les dents des morts De bijoux de leurs âges. Sans ployer Sous...

Lire la suite

Pas de miroir.

Je n'avais pas le temps d'aller trop vite, Ni même celui, trop court, de prendre la fuite Alors j'ai sauté, et suis tombé Comme le veut la logique, sur un os. Je l'avais l'oublié celui-là, Pensais au moins l'avoir mieux enterré Quand même, j'eus pu m'y...

Lire la suite

I bought a bottle.

Si je fus cruel, en ces temps où les forces Me quittaient, c'est que je les méprisais. Je n'y ai jamais rien vu d'autres que la froideur du Monde, sa laideur. Ainsi j'échouais, rentrant au port, ce Soir là. Haîneux, ce Qui, comme de coutume, ne Troubla...

Lire la suite

Inside

Quand je serais un poète maudit Et que mes écrits ne seront plus que mots, Seulement au moment, où, vivant, Je serais dedans, morts vous tendrez le cou Vers l'écran. Et lors de ma voix coulera sur le monde Les flots de la haîne et de l'amour, de la bile...

Lire la suite

En son temps...

Ils avaient tant marché que leurs semelles étaient de cornes, Leurs sourires édentés ne s'offraient plus Qu'aux rayons qui leurs brûlaient la gueule Et de cette marées puante faîtes d'hommes et d'enfants Montait un murmure, une litanie. On pouvait voir...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>