Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ce qu'il s'en suit.

Et si le temps n'est pas à moiJe ne veux pas qu'il s'en ailleCes ailleurs que j'ignoreOù l'on compte ses dents, L'on sort ses mortsLe dimanche. Que dire ou penserFace à ces mondes que l'onNe connait que de nom et encore?Il ouvre un large bec et avale...

Lire la suite

Les échecs.

Des nuages des éclairsLes nuées amantes lascivesEt moi placide, l'âme en fricheDe ne rien sentirDe ne rien connaîtreMuseau au vent reniflerLe sang, où qu'il coule.Et la chaleur après l'orageQui monte du solEt qui me glace me laissantDe la marge pour corriger.En...

Lire la suite

Déconnecté.

Oui quoi que tu pensesTu penses, oui, quoi queQuoi, penses tu que ouiQue penses tu, quoiEn avant, c'est par hasard Et la mort de l'art, des autresTriste fadeur infinieInfime talent qu'ils mettent au clouLa paix de l'espritL'esprit du guerrierEtrangement...

Lire la suite

Entre la tige et l'arbre.

Les fruits de NotreArbre sont ils pourris au point queIls balancent ce qui estDe la merde, a la face de cetteTerre Un écho s'en revientHeurtant les roches et l'airQui tremble, il s'en revient.Mais c'est le silence du tempsDans cet écho qui batDes paupières...

Lire la suite

Triptyque.

Et dans le temps on voit le corps Ces corps qui se fuient dans leur Outrance, le sourire Dans l'air vicié les poumons la crasse et cette figure Un amour qui ne tremble Figé dans ce miel du corps le temps les corps se passent en douce autour et tout cesse...

Lire la suite

Up and down.

Et le talent à la tombe t'attend.Qu'en Penses-tu ? Vois-tu le travail, où bien La perte de ton nom en fatalité démente Des flots, de l'artifice suprême morbidité Engeance du temps et de la crainte, Un paradis à la côte arraché supervisé et construit....

Lire la suite

.../...

Le fiel lui coulait par Les yeux et de son accent Inconnu il scandait des Propos merveilleux. Nous ne Savions pas. Ce qu’il disait; ce qu’il pensait, nous ne le Savions pas. Nos corps meurtris Avaient endurés mille souffrances Sans cesser de vivre. C’était...

Lire la suite

A l'eau, pourquoi?

Qu’il ne s’éclate qu’au moment où, Il ne vous plaira plus, ces moments où, Qui de toi ou moi ne sais plus. Celui qui chante, a les dents Cariées, et la rose lui serre, le cerne. Alors sans, sans trembler, nous saurons, qui A l’entracte, deux secondes,...

Lire la suite

Le sourire du nord.

Comme posture adopter la désinvolture de la poupée Dans le vent. Ma robe me claque le visage, Et les murs me parlent, gare à l'atterissage, C'est bien trop haut pour ne pas se faire mal Mais bien trop tard pour ne pas tenter la course. Perdue d'avance,...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>