Anse lointaine

Publié le par Manu Manu

Larmes : amères, pour me trouver : j'ai du perdre

La foi, l'amour, du temps et la raison ; venu,

Reparti : comme je l'étais : sans armure : fou.

C'est pas ma mère que je pleure, pas ma soeur,

Peut-être la tienne, Dame : de celles : parties...

Les lys, mignons : se marrent, j'ai gobé la clef...

Moissons de maux ; les champs se pavanent en crises

Le paon fait sa roue, un chat, piteux : la flambe.

Les Dieux sont déguisés, jaloux de nos haines

Ils amplifient nos peines : saccage : cordial.

Sourires aux masques, troisième oeil, de verres

En cuites intrépides mais lasses, enfin 

Nous perdons toutes nos guerres. Pas le moindre

Mâle, ou femelle, ne trouvera : la Sortie.

Avant : qu'elle ne se présente enfin : identique.

Publié dans Boomerang

Commenter cet article