Ce qu'il s'en suit.

Publié le par Manu Manu

Et si le temps n'est pas à moi
Je ne veux pas qu'il s'en aille
Ces ailleurs que j'ignore
Où l'on compte ses dents,
L'on sort ses morts
Le dimanche. Que dire ou penser
Face à ces mondes que l'on
Ne connait que de nom et encore?
Il ouvre un large bec et avale le temps
L'air et les efforts enfin tout ça
Un félin n'est pas sôt
L'animalerie de ces sorts
De ces mondes et ces temps
Pêtent à la face si fine
De ces gens enfin
L'on va rire. A ce que j'en sais.
Si nul ne sort un peu de sa tête
Et que tout cela ne reste qu'un étalage
Parmis tant d'autres
Pour rentrer dans son corps et
Voir et entendre et sentir ses souffles
Qui vous guident et vous chantent
Ce que seul le coeur
Ce que seuls les yeux
Et tous les autres
Peuvent concevoir pour
Vous y emmener, vers ces ailleurs
Ces plages sans sable et sans mer
Down in the jungle
Là où battent les veines de
Ces secondes accrochées
Aux vents.

Publié dans Les chants du temps.

Commenter cet article