Le sourire du nord.

Publié le par Manu Manu

Comme posture adopter la désinvolture de la poupée

Dans le vent. Ma robe me claque le visage,

Et les murs me parlent, gare à l'atterissage,

C'est bien trop haut pour ne pas se faire mal

Mais bien trop tard pour ne pas tenter la course.

Perdue d'avance, les rochers sont déjà en bas

Lorsque je m'élance, la bave aux lèvres

Et le regard fou. J'avais abattu l'enfant d'un mauvais coup de baton

Bien placé. Pas le premier, n'avait qu'à pas crier

Entendu ses os craquer, mais la mer saura bien me pardonner

Encore faudrait il que des remords j'en ai...

J'étais trop tremblant face à tes cils

Infernaux qu'il fallait que je t'attache

Avant de mourir encore, et encore, et encore.

Aujourd'hui la falaise sait me calmer et ma chute

N'en finira pas de vous faire trembler

Comme l'aigle sur sa proie je fonds, sur qui vais-je tomber ?

Portez dès maintenant votre regard vers ces cieux

Que vous éspérez clément,

Mon corps sur votre gueule à n'importe quel moment,

Inutile de serrer les dents.Il arrive.

Avant de mourir, comme ma mère, vous me demanderez

Le pourquoi, la raison, comme pour partir apaisé

Et comme si je le savais. Je ne donne que ce que l'on mérite.

La mort encore, des pleurs à foisons, de l'amour

Les lèvres d'un con, pour à tort y mourir

S'enfouir dans sa tombe et rouvrir ses paupières pour y voir

L'amer monde piquant qui nous ronge le sang,

Glace nos os, et m'écrase sur la banquise.

Publié dans Ante Meridium

Commenter cet article

PH. L 07/11/2006 22:35

Comme je l'avais dit je continue de visiter. La teneur m'aspire peu à peu...

mouna 16/08/2006 16:59

un blog pertinent et prometteur!