Plus de terre pour te couvrir, quel sera ton linceul ?

Publié le par Manu Manu

N' y a t' il point de mot?

Pour dire le silence, sur ma tombe

J' ai posé ses fleurs, celles

Violées, arrachées à ton ailes

Par mes dents en un point précis

Où s'entrelacent les méandres du temps.

Celà avant de partir

Vers un nouvel ailleurs, une autre aube aux pleurs 

Riches de fleurs fânées, de larmes grasses

Et d'odeurs lourdes de cadavres chariés par le vent.

Pour mon retour un banquet, une orgie,

Pour un moi catatonique et cloué et aveugle

Mais sans honte pour la bave.

A mon menton elle coule

En permanence aujourd'hui.

Il n'y a plus de foudre ni de fleurs

A ma table, elles ne bougent

Que pour me fuir, je les effraies

C'est ainsi. Le roi et mort,

Vive le roi ! Il n'est que rôt à l'écume

Douce-amère. Je ne suis qu'un ange qui voulut

Sa place sur terre.

Publié dans Ante Meridium

Commenter cet article