Morale amoindrie.

Publié le par Manu Manu

Du bord de ma fenêtre, j'ai vu passer des Mondes
Qui n'ont jamais bougé. Attablé, engloutis.
Je n'ai guerre senti les coups, les sens des vents
Autres que les miens. Dans tous les Etats Meurtris
Là où les pourrissures à l'âme grondent encore,
Vieux travers qui me guettent : aux détours d'un bois,
Je n'ai su voir. J'aperçus quelquefois, encore.
J'ai tremblé à foison à l'aurée de toutes vies,
Qui ne passent par moi. Où vont elles alors ? Dieux ?

Publié dans Post Meridium

Commenter cet article

Animaboule 11/04/2008 23:11

Je n'ai bien sûr pas encore tout lu et tout compris mais puisque j'aime choisir un endroit pour converser par quelques mots virtuels en formes, je choisi celui des mondes immobiles.  Nous avons ce spectacle en commun. Vite, que ça bouge ! M'étais-je écrié alors.