Dans les champs ...

Publié le par Manu Manu

Demain n’est que poussière, et je tremble déjà.

Tout y est. Le Temps des derniers massacres.

Les grands chambardements de l’Univers. A pied

J’attaque les montées qui m’assaillent de toutes parts.

L’air -c’est étrange, non ? - n’est déjà plus lui-même

Et tout file entre les doigts de ceux qui en ont

Encore le Temps presse et passe et file au loin

Droit vers l’horizon, bien loin de la quiétude

Les yeux enflent et tremblent et fusent et se lassent soudain

Pour quérir d’autres chimères, sirènes et cieux

Qui se meuvent dans l’impatience, prêt à jouir. Fort

De la confiance qui s’empare d’eux, les Mondes

Jaillissent à ma face, précipités, noirs.

Changeants. Dérangeants mes synapses au grès des vents

De force cinq sur golfe de Gascogne

Cerveau agité à démonté. Et encore.

Publié dans Post Meridium

Commenter cet article